M'écrire encore

Il sait... Je l'aime...

J’ai cette terrible sensation qu’il sait. Qu’il a compris la lutte qui se joue dans ma tête. J’ai l’impression qu’il a peur et pire, qu’il est déçu. Qu’il me le reprochera incessamment sous peu…

La réalité, c’est que oui, je lutte. Je lutte contre un fantôme. Contre un passé encore trop présent dans ma tête, dans mes pulsions. Parce que c’est ça, ce sont des pulsions. Il y a ce que le conscient veut et ce que l’inconscient crie.

Le conscient sait que je suis heureuse et amoureuse. Le conscient aime.
L’inconscient s’en fout. L’inconscient est resté bloqué dans une vieille histoire qui, même SI elle devait reprendre, ne mènerait à rien. Ca, c’est le conscient qui le sait !

Je le regarde LUI. Je le regarde dans les yeux, je le serre dans mes bras. Je sais qu’il y a une lutte en moi, mais je sais ce que je vois. Je NOUS vois. Je nous vois avancer, je vois nos projets, je vois sur son visage des rides qui n’existent pas encore, mais que je veux voir se dessiner au fil des années à venir. Ca, c’est la réalité de mon conscient.

Et puis je pense à l’autre. A l’autre tel qu’il était à l’époque. Les années passent et malgré moi, les souvenirs restent. Ancrés, terriblement ancrés… Je n’arrive pas à comprendre. C’est une emprise émotionnelle, pulsionnelle. Quand je réanalyse tout depuis le début, je réalise que ce sentiment-là est né à l’instant où je l’ai vu pour la première fois et ne m’a jamais quitté. Finalement, c’est sans doute comparable à ce que doit ressentir la groupie d’un artiste…

Je m’en fous, quoi qu’il arrive, quoi qu’il advienne, c’est LUI que j’aime, LUI que je veux, À LUI que j’appartiens…

Merci.

Moi.