M'écrire encore

Blocus, angoisses, cauchemar, insomnies

Je déraille… Le Blocus est trop court et ça m’angoisse… J’ai l’impression qu’à deux pas de la fin de cette première étape, je dérape, je perds pied…

Les angoisses provoquent ces comportements "bizarres" dont je parlais précédemment.

J’ai fait un cauchemar atroce dans lequel quelqu’un que j’aime mais que je ne vois plus parce que la vie est conne et que les gens sont cons cherchait à me tuer. Il me poursuivait, avait une haine monstrueuse qui dégueulait de ses yeux et, sans pouvoir l’expliquer, je savais pertinemment qu’il voulait me tuer, que s’il m’attrapait, c’en était fini pour moi. Alors je courais, je courais, à perdre haleine, dans la rue, sur des toits, à travers une ville que je ne connais pas - peut-être à travers ma vie que je ne connais pas, finalement - je courais sans savoir où aller, sans connaitre l’issue, pire que dans une nouvelle fantastique…

Je me suis réveillée alors que l’écart entre moi et mon tueur rétrécissait, terrorisée, en sueur, presque en larmes…

Je n’ai pas chercher à interpréter tout de suite. Je me suis dit que c’était son absence et la connerie de la vie que mon inconscient me renvoyait.

Et puis j’ai fini par chercher des significations sur le net…

"Quelqu’un cherche à vous tuer"

C’est soit l’expression d’une névrose obsessionnelle qui paralyse ma vie… (Moi, névrosée obsessionnelle... ? En fait, je ne suis même pas étonnée !), soit que cette personne cherche à changer ma vie et que ce changement serait positif pour moi… Mouais… Je veux même pas analyser ça, parce que je sais où ça mène et je ne veux pas y aller… Alors c’est ça, je suis une névrosée obsessionnelle qui ne veut pas aller où le changement pourrait la porter…

Et du coup, puisque j’ai cherché ces significations hier, j’en ai pas dormi. Je ne sais pas si je dois remettre l’insomnie sur le compte de ce cauchemar analysé ou bien sur celui des angoisses liées au blocus…

Bref, je pète la forme…

Merci.

Moi.