M'écrire encore

J’avais décidé de cacher mon journal. Parce que j’ai eu peur. Peur d’être lue. D’être démasquée. Parce qu’il contenait trop, beaucoup trop de choses, beaucoup trop personnelles…

Et pourtant, j’ai sans doute encore des choses à dire… Même si c’est redondant, même si… J’ai besoin d’écrire…

Plein de choses... en très résumé... des morceaux de pensées...

J'ai plein de choses à écrire... pas assez de temps pour le faire... Je cours et gère mal. Je n'ai aucune organisation, je jongle comme je peux entre toutes ces vies qui s'entrechoquent... J'ai envie parfois de me confier par rapport à certaines mauvaises habitudes dans ma vie. J'ai tendance à dire haut et fort que j'assume tout... En fait, ce n'est pas toujours vrai... Il y a des choses que je n'assume pas forcément... Même ici, je n'arrive pas / plus à écrire sereinement. Les cours m'épuisent. J'ai parfois l'impression de trop "me la raconter", lorsque je réussis. J'ai (...)

Heureuse et comblée...

J'ai réussi. Il me reste une heure à donner, mais je sais que mon évaluation sera bonne, je sais que j'ai réussi. Les gamins ont franchement bien accroché à ma leçon, à moi, et c'était génial ! J'ai tellement hâte de terminer ces études et de vivre enfin tout ça au quotidien, d'être vraiment dans ma classe, avec mes élèves, mes leçons, mes collègues... Les stages, c'est bien, mais être prof, vraiment prof, c'est mieux... Je suis fière de moi... Je crois que c'est la première fois que je ressens une fierté professionnelle, et c'est tellement bon ! Je me sens juste à (...)

Bientôt sept ans...

Je suis en pleine période de stages... C'est la folie, du boulot jusque par dessus la tête, des heures et des heures de préparation, du stress, de la fatigue accumulée... Mais je KIFFE ! J'aime tellement ! Je me sens tellement, tellement à ma place quand je suis devant ces gamins ! On vit un échange de fou ! Je flotte sur un petit nuage... Je me souviens de l'époque où j'étais à l'école secondaire, les périodes de cours me semblaient généralement interminables, ces blocs de 50 minutes avaient tous des allures de journées entières... Et puis maintenant, de l'autre côté de la (...)

La mort peut ne pas servir à rien...

Je viens d'écrire le titre de cet article et j'en reste un peu perplexe... Et pourtant, j'espère que je ne me trompe pas... Ma grand-mère maternelle est morte il y a un mois et demi. Je l'avais écrit ici. J'avais aussi écrit que je ne la connaissais pas vraiment, qu'il m'arrivait de regretter de ne pas la connaitre... Un mois après sa mort, Maman m'a demandé si j'avais le numéro de téléphone de ses frères. Je ne les avais pas, mais je pouvais contacter l'ainé par facebook. Je l'ai fait. Je ne l'ai plus vu depuis 15 ans, cet oncle. Je sais, la famille est bizarre... Toujours (...)

Jamais loin...

J'ai si peu de temps pour moi... Pour JI... Mais c'est pour la bonne cause, je ne l'oublie pas ! J'ai tellement de choses à raconter pourtant... Des histoires de famille, encore et toujours... J'ai vécu il y a une semaine un anniversaire "douloureux"... Et j'ai compris que chaque année, MON anniversaire serait obscurci par son lendemain... Je fais de mon mieux pour m'en sortir, pour en guérir... J'ai discuté avec un oncle via Internet. Un oncle perdu de vue depuis 15 ans... On a pourtant eu beaucoup à se dire... Je reviendrai peut-être là-dessus quand j'en aurai le temps... Je ne (...)

2017...

Une nouvelle année... De nouveaux espoirs ? Un nouveau départ ? Arriverai-je à utiliser les comportements humains pour repartir du bon pied ? Ils disent qu'une nouvelle année est à saisir comme un rouage du changement. Ils parlent de "résolutions" (quel beau mythe...!)... Il ne me reste plus qu'à me servir de ça pour faire fi du passé et ne porter d'intérêt qu'à l'avenir... Finalement, si j'analyse en une fraction de seconde ma vie et les problèmes auxquels j'ai été confrontée, je réalise que si j'avais à chaque fois laissé le passé pour ce qu'il est, j'aurais peut-être (...)

Tout enrober

Il y a quelques mois, quelques années, j'aurais sans doute déjà écrit des lignes et des lignes depuis trois jours... Il y a trois jours, ma grand-mère est morte. Voilà. Je n'enrobe pas. Je n'ai pas la force, plus la force de tout enrober, là, ce soir, hier, aujourd'hui, demain... Je n'enrobe pas... Ma plus grande tristesse, c'est de ne pas être vraiment triste... C'est vrai... J'ai déjà écrit sur elle... Sur ce que je ne sais pas d'elle, sur ce que j'aurais voulu savoir, sur ce qu'elle ne m'a pas apporté, sur ce que j'aurais voulu qu'elle m'apporte... Et lorsque j'ai appris son (...)

Ca a payé...

Ca fait un bail... Un fameux bail, même... C'est dingue, j'ai été par périodes tellement attachée à ce site. Y écrire était essentiel. J'en avais besoin... Il y a eu ce premier journal, ouvert il y a déjà quelques années. Ce journal qui a sans doute été ma plus belle thérapie, et ce à différentes périodes de ma vie. Je lui ai tout confié, il m'a fait vivre des remises en question incroyables, il m'a permis de tenir debout dans des moments douloureux... Mes derniers écrits étaient épars. Je me suis sentie subitement en danger et j'ai préféré m'enfuir. Et ce soir, j'ai (...)

Se reconstruire à la source

Je suis en vacances dans le sud. Chez mon grand père maternel. C'est bon. Ça me ramène à l'essentiel. Ça me permet de faire le tri entre ce qui importe et ce qui n'importe pas... Ça me permet de saisir des instants, des souvenirs, d'imprimer son regard dans les tréfonds de ma mémoire. Je sais déjà que je n'oublierai jamais. Que ce que je vis durant ce séjour est important parce que c'est la source de qui je suis. J'ai imprimé son regard, j'ai imprimé son sourire, son rire, la tonalité de sa voix, la sagesse de ses pensées, la douceur de ses mouvements. J'ai imprimé son regard (...)

Recoller

Je dois tout recoller en moi. Je dois admettre ma défaite, celle dont je ne suis pas responsable. Je dois accepter de ne pas être responsable, de ne rien avoir à faire. J'ai envie de lui écrire une dernière fois. Lui écrire que je l'... mais que je le déteste, surtout ! Lui écrire qu'il n'est rien, qu'il est le seul responsable de sa solitude, qu'il a raté sa vie tout seul ! Que toutefois, je lui souhaite de trouver du bonheur dans ce qu'il lui reste et de ne pas trop souffrir des maux qu'il s'est infligé tout seul ! Lui écrire que PUTAIN c'est lui qui pue ! Que j'ai hâte (...)

Quelle est ma place ?

Ça provoque toujours tout un tas d'émotions en moi. C'est si fréquent. Tellement qu'à force, les émotions en arrivent à graviter autour de moi, omniprésentes. Des émotions de toutes les couleurs, de tous les poids. Des émotions souvent lourdes. De plus en plus lourdes à force de s'accumuler. C'est fatiguant. Que faire ? Je prends conscience que je n'ai pas forcément mon rôle à jouer dans toutes les scènes. Je pourrais être présente. Je dois être présente. On lui a si peu inculqué la vie. Je crois encore en lui. Je sais. Je sais ce qu'était sa vie. Et encore, j'en sais ce (...)

Va te faire foutre !

Le silence, l'ignorance, la peur de ressentir, Pour seule armure, l'absence, l'illusion de ne pas souffrir, Tout lâcher plutôt que vivre, se cacher derrière la rage, S'enfuir, juste survivre, s'interdire le paysage, Faire du mal, se faire du mal, incapable de se gérer, Ne pas renvoyer la balle, s'y accrocher par trop de fierté... Qu'as-tu fait de ta vie pour oser juger l'homme que j'aime ? Tu as cinq mômes, mais tu n'en vois plus aucun : c'est qui qui a un problème ? Tu as quatre frères et soeurs (cinq, mais n'en parlons pas...), tu n'en vois plus qu'une parce qu'ELLE entretient le (...)

Sa fierté...

Il y a une fierté qui me manque Une fierté que j'attendais, que j'espérais tellement... Ce combat, c'était aussi pour lui, C'était aussi pour qu'une fois, il soit fier de moi, Je vis ma victoire avec un arrière-goût amer, Avec un manque, un silence qui pèse très lourd... Il y a pire, bien sûr, tellement pire... Mais ma souffrance à moi, elle est là... (...)

Ce silence...

Tu vois, ça me fatigue. Ce silence est tellement faible, tellement médiocre. Alors je repense... Je me plonge dans mes souvenirs et je me remémore celui que tu étais... Celle que tu as fait de moi... "Pleurnicharde" "Couillonne" "Gamine" "Tu te la pètes" "Oublie !" "Avance !" "Grandis, un peu !" "Tu n'as qu'à en rire" .. quand je tentais de te dire que j'avais mal, putain, papa, d'être la bête noire ! MAL ! "Fais exprès de ne pas le faire !" "Tais-toi !" ... "Ta gueule !" ... Pendant longtemps, j'ai revendiqué que tu m'avais donné de bonnes bases. Je crois que je tentais de me (...)

Il sait... Je l'aime...

J'ai cette terrible sensation qu'il sait. Qu'il a compris la lutte qui se joue dans ma tête. J'ai l'impression qu'il a peur et pire, qu'il est déçu. Qu'il me le reprochera incessamment sous peu... La réalité, c'est que oui, je lutte. Je lutte contre un fantôme. Contre un passé encore trop présent dans ma tête, dans mes pulsions. Parce que c'est ça, ce sont des pulsions. Il y a ce que le conscient veut et ce que l’inconscient crie. Le conscient sait que je suis heureuse et amoureuse. Le conscient aime. L'inconscient s'en fout. L'inconscient est resté bloqué dans une vieille (...)

Blocus, angoisses, cauchemar, insomnies

Je déraille... Le Blocus est trop court et ça m'angoisse... J'ai l'impression qu'à deux pas de la fin de cette première étape, je dérape, je perds pied... Les angoisses provoquent ces comportements "bizarres" dont je parlais précédemment. J'ai fait un cauchemar atroce dans lequel quelqu'un que j'aime mais que je ne vois plus parce que la vie est conne et que les gens sont cons cherchait à me tuer. Il me poursuivait, avait une haine monstrueuse qui dégueulait de ses yeux et, sans pouvoir l'expliquer, je savais pertinemment qu'il voulait me tuer, que s'il m'attrapait, c'en était (...)

Canaliser l'anxiété

Depuis des années, je me "torture" physiquement. Je contiens des choses, des émotions, des douleurs, des angoisses en me "mutilant". Arrachage de cheveux, arrachage de poils, arrachage de peau, de "boutons"... Depuis quelques jours, je me canalise autrement. C'est plus fort que moi. Je me rends compte que c'est taré, comme comportement, et pourtant, c'est plus fort que moi. Je me mords. Les mains, les bras. Les quelques premières fois, ça ne se voyait pas. Ce soir, je regarde les cercles rosés sur ma peau, impuissante... Je prie pour que ça parte. Parce que je ne veux pas que ça se (...)

Me représenter...

Bonjour. Je m'appelle... Je ne sais pas... Je n'ai pas envie de pondre un pseudo, encore... Je n'ai pas besoin. Je signerai "Moi". C'est très bien. Pour le moment, je n'ai pas grand chose à écrire. Ma vie va. Il y a des hauts et des bas, mais j'en ai vu d'autres. Je suis en blocus. J'ai peur. J'avais un autre journal, ici. Je l'ai tenu pendant 6 ans. J'y tiens beaucoup, parce qu'il recèle énormément de mes émotions. Trop. Beaucoup trop. J'ai décidé de le "cacher" il y a quelques semaines parce que j'ai eu peur. Peur d'être démasquée IRL. J'avais déjà été démasquée il y (...)